Jean Marc Vermorel, 61 ans, est le directeur de la performance par la confiance à Pôle Emploi.

Il a pour rôle de conduire la transformation visant à développer l’initiative et la responsabilité et à améliorer la qualité de vie au travail de l’ensemble des 57 000

collaborateurs faisant partie de Pôle Emploi.

Introduction

Jean-Marc Vermorel, au sein de l’entreprise Pôle Emploi s’engage dans la transformation pour sortir de la prescription de contrôle, grâce au fait de développer l’initiative, la responsabilité et d’améliorer la qualité de vie au travail de ses collaborateurs. Cette transformation, avec des démarches simples et naturelles, fait émerger des principes autour de l’engagement et de la responsabilité qui ont ensuite engendré la performance.

Pour Jean-Marc Vermorel, la Juste Bienveillance est la connexion que l’on trouve entre l’écoute et l’acte, avec une écoute en profondeur. A Pôle Emploi, les managers écoutent et agissent avec bienveillance, même au niveau des feedbacks. Pour lui, la confiance qui est aussi bienveillante et la qualité de vie au travail sont importantes. Cette confiance permet de co-construire et de prendre en compte tous les points de vue de chacun, tous légitimes. La bienveillance permet d’animer l’intelligence collective. Jean-Marc, avec son groupe de quatre dirigeants, travaillent d’ailleurs en collectif et en toute bienveillance à EVH. La bienveillance centrée sur l’efficacité conduit à de bonnes conditions de travail , car avec, on se donne la possibilité de réinterroger pour bâtir et avancer collectivement.    

Interview complète

Jean-Marc Vermorel est le directeur de la performance par la confiance à Pôle emploi. Dans cette interview, il nous a fait part de ses expériences pour établir cette confiance et son avis sur la bienveillance. Voici les 10 points clé de notre échange :

1. Engager l’entreprise dans une transformation de l’organisation qui permet de sortir de la prescription de contrôle, pour que chacun développe son autonomie et sa responsabilité.

2. Pour bien fonctionner, les agences partagent une vision commune . Dix principes avaient alors émergé : les agents étaient tous centrés sur la performance, il y avait beaucoup d’intelligence collective, de la subsidiarité, de la gouvernance partagée, de la liberté de parole.

3. Jean Bassères, le directeur général a diffusé la démarche dans tout l’établissement en 2019, grâce aux relais des différents niveaux managériaux, ce qui a permis à chacun de s’emparer de ces principes.

4. Manager la performance sociale et opérationnelle et développer des talents crée des conditions de coopération.

5. Travailler autour des aspirations de chacun pour répondre aux attentes institutionnelles. .

6. Construire un cadre de confiance orienté vers des engagements réciproques: un engagement basé sur le sens, un engagement autour de l’efficacité de l’action, un engagement sur l’initiative, un engagement autour de la coopération, « être acteur de son développement de compétences ».​

7. On mesure l’indice de confiance à partir des questions qui sont dans le baromètre social.

8. L’indice de la qualité de vie au travail a augmenté de 8 points par rapport à la

moyenne nationale. Il y a accroissement de la satisfaction des demandeurs d’emploi et une très légère évolution sur l’entreprise.

9. Écouter l’équipe pleinement, en profondeur et sans filtre qui va les ranger dans des cases.

10. Co-construire avec l’outil puissant qu’ est la facilitation. bienveillance doit être exigeante avec comme valeurs l’intégrité, le respect mutuel et la liberté de parole, car en fin de compte, tout ce qu’on veut c’est que tout le monde réussisse.