Philippe Martin, 64 ans, est ingénieur de formation. Il est dirigeant de la société RATP Développement.

Introduction

Philippe Martin travaille à la RATP depuis 39 ans. Il est membre du comité exécutif depuis 2004 dont 6 ans, dans les politiques de la gestion des espaces des services clients et depuis 12 ans, dans l’exploitation de tous les modes de transport RATP en île de France : bus, tramway, métro RER et la maintenance des matériels roulants qui sont liés à l’exploitation. C’est quelqu’un de très humain ressentant l’importance de s’aimer et de se soutenir. Très axé sur le collectif, Philippe Martin éprouve une préférence dans la découverte d’autres personnes plutôt que dans la conformité de la routine au quotidien.

Pour Philippe Martin, la bienveillance est plus une posture qu’une démarche. D’abord, on l’a en soi et ensuite, on la partage aux autres. Elle s’accompagne et se travaille au quotidien. Selon lui, ce qui est important c’est l’attention qu’on porte aux autres. Pourtant, la bienveillance n’est pas non plus la complaisance et l’acceptation de tout : c’est avant tout savoir donner de l’attention aux autres et épauler, à un certain moment, des gens qui en ont réellement besoin. C’est également le fait d’écouter et de considérer les autres humainement.


Interview complète

Philippe Martin est un ingénieur de formation consolidant une forte expérience dans les métiers de management. Il a travaillé sur les réseaux de métro, sur les réseaux RER et a été patron des réseaux de bus tramway, et patron de maintenance. Dans notre interview, il nous a partagé son parcours inhérent à la transformation de la RATP en mettant en avant une culture de bienveillance au sein de l’organisation. Voici les dix points clés de notre échange.

1- Faire monter ses collaborateurs en compétences est plus valorisant.

2- Il est beaucoup important d’aller sur le terrain et de rencontrer des gens pour garder un niveau d’information élevé.

3- Mieux vaut se faire adhérer plutôt que d’imposer : il faut une certaine phase d’écoute et d’échange. Savoir partager et faire des échanges, mais non pas imposer et amener la solution dès le départ.

4- Dans les animations, c’est important de donner sa voie, d’où le management de trois S à la RATP : sens, soutien et suivi.

5- La Juste bienveillance consiste aussi à déterminer les personnes qui ont réellement besoin d’aide car, malheureusement, nombreux sont les profiteurs. Avant tout, la bienveillance consiste à accompagner et à aider ceux qui le méritent.

6- Il faut savoir apprécier, juger et écouter

7- Le travail d’équipe est une clé de voûte pour faciliter la bienveillance. Il permet d’identifier un problème du point de vue humain.

8- Bien mesurer l’absentéisme et les conflictualités au sein de l’organisation pour connaître l’adhérence des équipes.

9- Instaurer un climat de confiance : assumer ses propos, assumer ses engagements et ses actes, ne pas transférer le stress à ses collaborateurs, parfois aussi dire à son supérieur hiérarchique son opposition, c’est avoir du courage.

10- Une fois en première ligne, nous n’avons pas assez de recul. Alors, partager ses soucis et ses problèmes avec des gens de confiance reste essentiel.